Actualités

La bataille d’Eskandar – article d’Arnaud Maïsetti (Théâtre Public)




Article d’Arnaud Maïsetti à propos notamment de la bataille d’Eskandar :

 

« Par ce début, le théâtre de Samuel Gallet vient se placer à l’endroit exact de la déchirure. Entre le rêve et la réalité, il n’y aurait pas d’un côté, l’inefficacité, et de l’autre, l’action. Il n’y aurait pas, d’un côté, l’arbitraire et de l’autre, la raison. Il n’y aurait pas, d’un côté, l’art, et de l’autre, la politique.Si la tâche de l’écriture est de se situer dans la déchirure, c’est pour travailler en elle l’enjeu d’une reconquête. Dès lors, la fable qu’on nous racontera devient le territoire de son processus, et son drame véritable paraît peu à peu celui de son élaboration. Faire du rêve l’espace concret qui rendrait la vie possible de nouveau : faire assaut contre la réalité par le rêve qui viendrait lui donner forme et vérité. La femme a dans son rêve formé le désir du désastre qui la sauve : Eskandar détruit, un nouveau monde se lève. Celui des ruines et des dangers, des lois disparues, du chaos. Les zoos s’ouvrent : les bêtes sauvages errent dans la ville et la menacent : Des lions gigantesques ouvrent la gueule, / À travers les quartiers,/Paradent dans les rues/Avalent des humains qui s’attardent dans les zones/N’est-ce pas fabuleux?/Le monde qui s’effondrent vers autre chose,/Comme un gigantesque animal qui s’ébroue. » Le monde est rendu à une sauvagerie primitive, bestiale et sublime. On est à l’orée des temps, qui sera sans doute celui des derniers, ceux des bêtes et de la jungle. « 

Arnaud Maïsetti.

Le lyrisme des fins, ou l’horizon des événements

 

Théâtre/Public n° 237. États de la scène actuelle 2018-2019

Le dossier de ce numéro est la cinquième livraison des « États de la scène actuelle » qui reviennent tous les deux ans sur des spectacles et, plus largement, certaines pratiques qui font sens, événements ou symptômes dans l’actualité théâtrale de la période.

Le dossier s’ouvre par une rencontre avec la comédienne Valérie Dréville et se termine par une interrogation sur l’art tel qu’il se transmet, adressée à neuf artistes à la tête d’écoles supérieures de théâtre. Ce numéro comprend, en outre, un entretien avec le metteur en scène chinois Meng Jinghui.

Entretien

Rencontre avec Meng Jinghui, réalisée par Christian Biet et Wang Jing. Déplacer les questions sensibles

Entretien avec Meng Jinghui. « Très fort et très libre à l’intérieur »

Dossier

États de la scène actuelle 2018-2019. Coordonné par Olivier Neveux et Christophe Triau

Entretien avec Valérie Dréville, réalisé par Olivier Neveux et Christophe Triau. La liberté et la rigueur

Isabelle Launay, en collaboration avec Silvia Soter. Apprendre du Sud. La passion du possible selon Lia Rodrigues. Danse et mouvements citoyens

Cristina De Simone. Des lieux et du temps. Quelques notes à partir du festival Théâtre Rate

Stéphane Hervé. Résister aux voix infâmes. Sur Christoph Marthaler et quelques autres

Olivier Neveux. Crises d’identité. La Beauté du geste, conçu par Nathalie Garraud et Olivier Saccomano

Arnaud Maïsetti. Le lyrisme des fins, ou l’horizon des événements

Christophe Triau. Résurgences. Sur Kurô Tanino et Avidya, l’auberge de l’obscurité

Chloé Larmet. D’autres corps que le mien. À propos de Phia Ménard

Laure Fernandez. Incorporer/Excorporer. Autour de Se sentir vivant (2017), de Yasmine Hugonnet

Table ronde. Avec Laurent Gutmann, Nathanaël Harcq, Claire Lasne Darcueil, Catherine Marnas, Arnaud Meunier, Arthur Nauzyciel, Stanislas Nordey, Frédéric Plazy, Laurent Poitrenaux réalisée par Olivier Neveux et Christophe Triau.

Miscellanées

Pascale Henry. Chroniques du ravin

Julien Gaillard. Mimésis dévoilée

Heiner Müller. Traduction Jean-Louis Besson et Jean Jourdheuil. X. Guerre des virus

Christian Biet. Conduite (théâtrale) à tenir face à l’épidémie (de 1580)

 

 

 

Toutes les informations sur ce numéro de Théâtre public ici

 

Nouvelle traduction de Communiqué n°10

Traduction 2020 en espagnol ( MEXIQUE ) par Francia Castañeda

Autres traductions :

Pièce traduite en allemand par Sylvia Berutti-Ronelt, et publiée dans la revue Scene n°14.
Mise en espace par Mathias Hannus, au Staatstheater de Karlsruhe, le 14 février 2012.


Pièce traduite en tchèque par Markéta Machacikova.


Pièce traduite en anglais pour le festival « Voices from… Des voix », partenariat du service culturel du Consulat Général de France à San Francisco et la Playwrights Foundation.
Lecture dirigée par Rob Melrose, à Z space, San Francisco en mai 2012.

Création en anglais dans une traduction et une mise en scène de Rob Melrose, The Cutting Ball Theater, San Francisco (USA), du 25 avril au 25 mai 2014.

Publication en 2015.


Pièce traduite en espagnol par Diego Milos.

Mise en voix sous la direction de Jimmy Dacarret lors des Rencontres dramatiques européennes « Encuentro de Dramaturgia Europea Contemporánea » organisées par l’Institut Français avec les instituts d’Allemagne, d’Italie, de Suisse, de Grande-Bretagne, à Santiago du Chili, 2 octobre 2015.

Dans une mégalopole à peine futuriste, cernée par des friches où se réfugient exclus et révoltés, des violences éclatent. Un jeune homme a été tué sur un parking par un vigile. Celui-ci est en fuite et le frère de la victime ne veut pas que le crime soit impuni.

Construisant la pièce comme un puzzle, Samuel Gallet livre un texte à la limite des genres : ni réaliste, ni policier, ni surnaturel ou tout cela à la fois. Ses personnages sont complexes. Ils cherchent à maîtriser les destins écrits, à agir sur leur vie sans céder au poids du passé ou aux contraintes de la société imposées par la force.

Damien, le vigile, est tout aussi perdu qu’Anne, la rebelle, ou que la bande des enfants guerriers dont les facéties dangereuses ponctuent le cours des événements (émeutes, révolte, résistance).

Comme le dit la figure énigmatique du vieil homme : « Ce ne sont pas les morts qu’il faut venger mais les vivants qui demeurent et que les morts regrettent. »

Samuel Gallet poursuit avec ce texte son exploration des êtres marginaux.

Ouvrage publié avec le soutien du Centre National du Livre.

  • Pièce lauréate des Journées des Auteurs de Lyon 2010
  • Pièce « coup de coeur » 2011 du comité de lecture du Panta Théâtre.
  • Pièce sélectionnée par la Moisson des auteurs, mai 2011, Entr’Actes-Sacd.
  • Sélectionnée par A mots découverts qui propose une lecture aux Mardis midi du Théâtre de Rond-Point, Paris, dirigée par Nathalie Demnard, le 27 juin 2011.
  • Pièce sélectionnée pour le Prix Collidram 2012 de littérature dramatique des collégiens remis en mai et pour le Prix Sony Labou Tansi des lycéens 2012 attribué à la même période.

 

 

Mephisto Rhapsodie au Gate Theater de Londres

En octobre 2019 traduit par Chris Campbell dans une mise en scène de Kirsty Housley.

https://www.gatetheatre.co.uk/whats-on/mephisto-rhapsodie/

In the town of Balbek the far right are about to seize power. At the local theatre Aymeric dreams of celebrity; Lucas longs for a liberal revolution; Michael is seduced by the extremists. Juliette Demba is in fear for her life.

As this political earthquake convulses society Aymeric must make his choice: resist the forces of hatred or harness them for his own success.

Mephisto [Rhapsodie] is a searing contemporary response to Klaus Mann’s banned, and fiercely political cult novel. It is based on the real life story of Gustaf Gründgens whose dreams of fame led him to betray everything, and at the peak of his career, perform Faust for Hitler. Samuel Gallet’s urgent new play asks, what would you sacrifice to do the right thing?

 

MEPHISTO REVIEWS

 

THE OBSERVER – ★★★★★

‘One of the most thought-provoking and enjoyable pieces of theatre I have seen in a long while’

Full review here.

 

THE SPY IN THE STALLS★★★★★

‘Radical, bold, political, funny, scary, shocking, moving – a truly transformational night at the theatre’

‘Is this now the most exciting theatre in London?’

Full review here.

 

EVENING STANDARD – ★★★★

‘Thrilling provocations in theatre’s fight against fascism’

‘A high-octane production’

‘An urgent, self-lacerating invitation for the theatre world to wonder at the damage caused by its own echo chamber’

‘Bold, infectious’

Full review here.

 

BROADWAY WORLD★★★★

‘A complex and multi-layered piece of theatre’

‘[Leo] Bill is subtle and stinging in his stunning performance’

‘Nabirye is a powerhouse’

Full review here.

 

THE TIMES★★★★ 

‘Imaginative, ambitious, engaged, unpredictable and alive’

‘Outstanding…ravishingly good’

‘Exquisitely staged nightmare.’

Full review here.

 

TIME OUT

‘Leo Bill gives a tremendous performance’

‘Out-and-out fun…smart and sharp’

The Gate is an ‘off-West End haven for the avant-garde’

Full review here.

 

THE STAGE

‘Ambitious, slippery and thrilling’

Full review here.

 

WHATSONSTAGE 

‘Bill shines as Aymeric’

‘Fast, heady and consistently watchable’

‘A juicy mix of satire and sincere worry’

Full review here.

Et le livre vient de paraître :



 

La ville ouverte parmi les 4 finalistes du grand prix de littérature dramatique 2019

La ville ouverte_Couv_100517.qxp_HD

Le jury, présidé par Christophe Rauck a sélectionné le 9 septembre dernier les six finalistes des Grands Prix 2019 : 4 finalistes pour la catégorie Littérature dramatique et 2 finalistes pour la catégorie Littérature dramatique Jeunesse.

  • Grand Prix de Littérature dramatiqueTranse-maître(s) de Mawusi Agbedjidji, Éditions Théâtrales
    Mon cœur de Pauline Bureau, Actes Sud-Papiers
    La Ville ouverte de Samuel Gallet, Éditions Espaces 34, coll. Théâtre contemporain
    Tous des oiseaux de Wajdi Mouawad, Leméac/Actes Sud-Papiers, coll. Théâtre
  • Grand Prix de Littérature dramatique JeunesseNoircisse de Claudine Galea, Éditions Espaces 34, coll. Théâtre contemporain
    Laughton de Stéphane Jaubertie, Éditions théâtrales, coll. Jeunesse

La cérémonie des Grands Prix se déroulera le 14 octobre à 18h30 au Conservatoire national supérieur d’art dramatique, partenaire de l’événement depuis 2016. Les élèves du Conservatoire, préparés par Robin Renucci, liront des extraits des œuvres finalistes.

Infos ici

 

 

La ville ouverte nous parle de trois femmes qui ne se connaissent pas mais qui ont toutes le sentiment de vivre avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Confrontées à l’impuissance et à la déréliction d’une société comme à leurs propres impasses personnelles (professionnelles ou amoureuses), elles se réfugient dans le sommeil, se rencontrent mystérieusement dans un rêve commun et organisent ensemble l’assassinat du fameux tyran de Syracuse.

En revisitant le mythe de l’épée de Damoclès et en le confrontant à l’époque actuelle, la ville ouverte interroge la place que notre société actuelle accorde au rêve. Comment poursuivre sa vie alors que tout est présenté sous l’angle de la disparition et de la déréliction ? Comment échapper au catastrophisme ? Comment percevoir des issues à l’opacité du présent et se déprendre d’un abattement tant personnel que collectif et re-convoquer des puissances ?

 

Ouvrage publié avec le soutien du Centre National du Livre