Actualités

« Mon visage d’insomnie » aux éditions Espaces 34

Dans Mon visage d’insomnie, il y a un petit village au bord de la mer, des plages immenses frappées par le vent.

Il y a un centre d’accueil pour mineurs non accompagnés.

Il y a Harouna, 16 ans, persuadé que les retraités du village veulent le tuer.

Il y a Élise, éducatrice de 25 ans, plongée dans un profond sentiment d’impuissance face à une société qu’elle déteste.

Et il y a cet homme d’une cinquantaine d’années, étrange et intempestif.

Dans Mon visage d’insomnie, il y a l’indistinction entre réalité et fiction.

Il y a la peur et la paranoïa.

Il y a des cerveaux malades qui tournent sur eux-mêmes comme des scorpions pris au piège dans un cercle de feu.

Tout paraît assez normal dans Mon visage d’insomnie, puis, progressivement, on bascule dans l’horreur.

Dans Mon visage d’insomnie, il y a H.P Lovecraft, Stephen King, Shirley Jackson, la comtesse sanglante d’Alejandra Pizarnik, l’université inconnue de Roberto Bolaño, le théâtre de Lluïsa Cunillé, la campagne de Martin Crimp, les films de Ari Aster, Robert Eggers, Jordan Peele.

Il y a aussi le fantôme du poète surréaliste Stanislas Rodanski, son refus radical, jusqu’à la psychose, de l’identité et du jeu social.

Et puis il y a les ami.e.s :

Vincent Garanger qui m’a commandé le texte que je voulais précisément écrire et qui l’a superbement mis en scène, l’équipe du Théâtre de l’Éphémère du Mans et en particulier Didier Lastère qui a créé le rôle de l’homme, la bibliothèque Armand Gatti de la Seyne sur mer et les belles rencontres faites là-bas avec Hélène Megy, Cyrille Elslander, Shana Lellouch et Thomas Cuevas, et enfin et toujours les sublimes Pierre Morice, Pauline Sales, Julie Aminthe, Amaury Ballet, Caroline Gonin, Cécile Gallet, Pascal et Emma Banning, Myriam Boudenia, ,grâce à qui j’ai pu trouver le sens et la joie de poursuivre vaille que vaille et malgré tout cette drôle de manie d’écrire pour le théâtre.

 

 

La pièce est lauréate des Journées de de Lyon des Auteurs de théâtre 2021 du 4 au 14 mai 2022 (dans le cadre des CONTEMPORAINES au TNP), Théâtre National Populaire — Villeurbanne.

La pièce a reçu l’aide à la création d’Artcena au printemps 2021.

Site des éditions espaces 34 

 

Entretien dans Profession Spectacle

Rencontre avec l’une des voix les plus intéressantes de la littérature théâtrale contemporaine : Samuel Gallet fait le pari de la fiction, maintenant la tension entre la fragmentation intérieure et l’espérance d’une unité possible.

Grand entretien ici

 

Visions d’Eskandar sur France Culture

 

 

Texte de Samuel Gallet

Réalisation : Laure Egoroff d’après la mise en scène de Samuel Gallet et du collectif Eskandar

Conseillère littéraire : Céline Geoffroy

Avec Caroline Gonin, Jean-Christophe Laurier, Pierre Morice, Aëla Gourvennec, Mathieu Goulin

Et les voix de Samuel Gallet et Thierry Blanc

Musique composée et interprétée par : Aëla Gourvennec et Mathieu Goulin

Avec la participation de Fred Bühl, créateur sonore du collectif Eskandar

Prise de son, montage, mixage : Djaïsan Taouss, Mathieu Touren

Assistante à la réalisation : Louise Loubrieu et Laura Maton

Le texte est publié aux éditions Espaces 34.

Le spectacle a été créé par le collectif Eskandar en 2019 à la Comédie de Caen.

À découvrir icihttps://www.franceculture.fr/emissions/l-atelier-fiction/visions-d-eskandar-de-samuel-gallet

 

 

Visions d’Eskandar aux éditions Espaces 34

 

À la suite d’un malaise cardiaque dans une piscine municipale, un jour de canicule, un architecte plonge dans un coma profond, et fait une expérience de mort imminente.

Il se retrouve alors dans une ville complètement détruite du nom d’Eskandar. Il y croise d’autres personnes coincées comme lui dans cet espace intermédiaire et tente, pour sa part, de revenir à la vie.

Entre théâtre et oratorio, réel et onirisme, cette épopée théâtrale, parfois burlesque, donne à voir des visions de mondes meilleurs, dans un présent hanté par la catastrophe. Eskandar est cette ville jaillie du rêve de quelques-uns entre enthousiasme et inquiétude, un abri pour qui ne supporterait plus la société actuelle, comme une image de notre avenir possible.

 

Création par le Collectif Eskandar, dans une mise en scène de Samuel Gallet, avec
Caroline Gonin, Jean-Christophe Laurier, Pierre Morice, Aëla Gourvennec & Mathieu Goulin,

Comédie de Caen, du 25 au 27 mars 2019.

Tournée 2019-2020
— Centre Dramatique de Vire – Le Préau, le 2 avril
— Trident, Scène Nationale de Cherbourg, les 4 et 5 avril
— Dieppe Scène Nationale (DSN), le 19 novembre
— CDN de Rouen, les 29 et 30 novembre
— Scènes du Jura, le 3 décembre
— Tangram, Evreux-Louvier, le 7 mail (annulé)
— 11 Gilgamesh Belleville, Festival d’Avignon, juillet 2020 (annulé)

En 2021


— 11 Gilgamesh Belleville, Festival d’Avignon, juillet

Editions Espaces 34

 

« Mon visage d’Insomnie » Texte Lauréat des Journées de Lyon des auteurs de Théâtre 2021

Mon visage d’insomnie – à paraître en mai 2022 aux éditions Espaces 34 – est pièce lauréate des journées de Lyon des auteurs de théâtre

Les Journées de Lyon des Auteurs de Théâtre (palmarès 2021 et 2022)

TEXTES LAURÉATS, présentés les 10 et 11 septembre 2021 au Théâtre Nouvelle Génération – Centre Dramatique National – Les Ateliers, Presqu’île.

Domaine Francophone :

Hakim Djaziri Les 3000 — Épisode 2 — Barkev, 40h de GAV

François Hien La Peur

Philippe Malone Les Chants Anonymes, prix Jean-Jacques Lerrant

Azilys Tanneau Erreur 404

Traduction

Gracia Morales NN 12 — Traduction d’Alice Bonnefoi

TEXTES LAURÉATS, présentés du 4 au 14 mai 2022 (dans le cadre des CONTEMPORAINES au TNP) — Théâtre National Populaire — Villeurbanne

Domaine Francophone

Céline Delbecq À cheval sur le dos des oiseaux

Samuel Gallet Mon visage d’insomnie

Jean-Charles Noir Bordel Land

Mathilde Souchaud Les échos de la forêt

Traduction

Jens Raschke Ce que vit le rhinocéros lorsqu’il regarda de l’autre côté de la clôture

Traduction d’Antoine Palévody