Scènes > Création

LA BATAILLE D’ESKANDAR

Le collectif Eskandar 2015-2016

Suite à l’étrange phénomène qui a commencé dans la grande ville d’Eskandar, la vidant de ses habitants et faisant resurgir une troublante sauvagerie, la nature reprend ses droits. Un zoo a été laissé à l’abandon et des fauves se sont enfuis.

Eskandar, pour nommer ces espaces troubles de nos sociétés, ces zones tant symboliques que réelles, laissées à l’abandon, mises à l’écart de la marche du monde qui expriment à la fois ce qui disparaît irrémédiablement et ce qui n’est pas encore repérable, les premières pousses d’un monde nouveau. Espaces sous tension peuplés de vertiges, d’appréhensions mais aussi de joie, de beauté et d’humour.

À la croisée du théâtre et du concert, ce dit poétique et théâtral nous évoque l’univers de cette ville, ses bouleversements et la lutte obstinée d’une femme contre la déréliction d’un monde, à la fois effrayée et fascinée par la propagation du chaos.

Représentations

Du 26 février au 8 mars en tournée dans le bocage Normand
Et les 09, 10 et 11 mars 2016 au théâtre du Préau

Extrait

Voilà une femme
Criblée de dettes
Nous allons vous raconter son histoire
Elle est la
Assise dans son petit appartement
Quelque part
N’importe
Elle n’est pas forcément à plaindre
Elle n’est pas misérable
Elle endure
Comme beaucoup d’autres
Elle endure
Mais elle est aujourd’hui
Tellement coincée dans sa vie
Sans plus aucune ressource
Et sans espoir de solution
A attendre en se rongeant les ongles
Qu’on vienne l’expulser de chez elle
Qu’elle finit par rêver
Que quelque chose de terrible advienne
Que tout soit détruit
Et que le désastre soit pour tout le monde
Voilà une femme
Qui espère un cataclysme
Afin de pouvoir refaire sa vie
Disparaître
Commencer une vie nouvelle
Et ce sont des images d’une violence infinie
De destructions totales
De villes en flamme
Qui jaillissent à l’intérieur d’elle-même
Et le rêve alors devient réel
Et le réel est le rêve
Et la catastrophe advient
Un séisme
Tout s’effondre
La ville est détruite
Et c’est terriblement proche et simple au fond
Tellement évident
Quand on est au monde
En ce début de vingt et unième siècle
Ces moments où l’on ne comprend plus
Rien à rien

Eskandar

Samuel Gallet
Texte et jeu

Aëla Gourvennec
Composition musicale, violoncelle, piano

Pauline Sales
Jeu

Grégoire Ternois
Composition musicale, percussions, marimba

Adèle Grépinet
Lumière

Fred Bühl
Son