Actualités

La bataille d’Eskandar au Festival d’Avignon 2018

Au Théâtre des Halles du 6 au 29 juillet à 21h15

LA BATAILLE D'ESKANDAR

Du 6 au 29 JUILLET (relâches les lundis 9, 16 et 23)

À la croisée du théâtre et du concert, un dit poétique évoquant l’univers et d’une ville imaginaire et onirique

Une femme rêve d’un séisme qui lui permettrait d’échapper aux huissiers en les faisant disparaître. L’urgence est telle et le rêve est si fort que la catastrophe advient. Tout s’effondre. Dans la ville d’Eskandar, la nature reprend ses droits. Un zoo est laissé à l’abandon, des fauves s’échappent et attaquent celles et ceux qui n’ont pas pu ou voulu partir. Cette femme s’enfuit de chez elle et s’enfonce dans la zone pour abattre des lions. À la fois effrayée et fascinée par la  propagation du désastre, elle investit une école abandonnée, à la porte de laquelle un obscur criminel en cavale vient frapper.


De Samuel Gallet
Mise en scène et dramaturgie Le Collectif Eskandar
Création lumière Adèle Grépinet, régie lumière Adèle Grépinet et Laurent Poussier, création et régie son Fred Bühl, décor Les ateliers du Préau, costumes
Malika Maçon

Avec Samuel Gallet (jeu), Aëla Gourvennec (composition musicale, piano, violoncelle) Pauline Sales (jeu), Grégoire Ternois (composition musicale, percussions, claviers)

Texte publié aux Éditions Espaces 34 – Lauréat du Prix Collidram 2018
Le Collectif Eskandar

Photo © Tristan Jeanne-Valès
Spectacle à partir de 10 ans


Production Le Collectif Eskandar
Coproduction et partenaire Le Préau – CDN de Normandie – Vire
La compagnie est soutenue par Odia Normandie.
Coréalisation Le Collectif Eskandar – Théâtre des Halles

http://www.theatredeshalles.com/pieces/la-bataille-deskandar/

Mephisto Rhapsodie – Samuel Gallet / Jean-Pierre Baro

 

Ballroom_Lee_Plaza_Hotel_Detroit_2006_c_Yves_Marchand_et_Romain_Meffre

 

Le théâtre d’une petite ville de province, Balbek. Comme ailleurs dans le pays, l’extrême droite est aux portes du pouvoir. Une troupe permanente de comédiens et sa directrice travaillent en décentralisation. Parmi eux, Aymeric, assoiffé de reconnaissance, rêve de gloire tandis que Lucas s’interroge sur la capacité du théâtre à participer aux luttes sociales et que Michael, sensible aux idées des Premières Lignes, dénote. Barbara, fille de la directrice d’un grand théâtre de la capitale, rejoint la petite troupe et découvre ces espaces péri-urbains délaissés.

Alors qu’Aymeric, monté à la capitale, gravit peu à peu les échelons de la notoriété avec l’appui de la mère de Barbara et de sa compagne, la jeune chanteuse Juliette Demba, la crise politique et sociale conduit à la catastrophe. Mais la célébrité est enfin là, à portée. A quelles compromissions, Aymeric, sera-t-il prêt, quels silences, pour atteindre ce qu’il s’était promis d’atteindre ? Est-il possible de combattre un système de l’intérieur ?

 

Mephisto Rhapsodie traite des liens qu’entretiennent aujourd’hui l’art et le pouvoir, la politique et les artistes. Interrogeant les enjeux du théâtre contemporain, et convoquant la vie et l’œuvre de l’écrivain allemand Klaus Mann ainsi que la figure ambiguë du comédien allemand Gustaf Gründgens dans les années 30, ce texte cherche à déjouer les évidences. Il tente de critiquer la paresse de pensée qui nous fait parfois croire que nous ne participons pas de ce qui détruit un monde et travaille la zone de notre fascination aveugle pour la célébrité et le succès.

 

Création au TNB : 6 au 16 mars 2019

En tournée saisons 2018-2019 / 2019-2020

Distribution

 

Texte Samuel Gallet
Librement inspiré de l’oeuvre de Klaus Mann
Mise en scène Jean-Pierre Baro
Avec Jacques Allaire, Julien Breda, Lorry Hardel, Elios Noël, Tonin Palazzotto, Pauline Parigot, Mireille Roussel … (distribution en cours pour 8 comédiens)
Son Loïc Le Roux
Lumières Bruno Brinas
Scénographie Mathieu Lorry Dupuy
Costumes Majan Pochard
Collaboration à la mise en scène Amine Adjina
Régie générale Adrien Wernert
Administration, production, diffusion Cécile Jeanson
Chargée de production Marion Krähenbühl

 

Production

Extime Compagnie, Théâtre National de Bretagne CDN – Centre européen théâtral et chorégraphique
Coproduction MC2 : Maison de la culture – Scène nationale de Grenoble, Les Scènes du Jura Scène nationale, Théâtre Olympia CDN de Tours, le POC – Pôle Culturel Alfortville, Collectif Eskandar (production en cours)
Accueils en résidence Théâtre National de Bretagne CDN, Le Tarmac-La Scène Internationale Francophone

Extime Compagnie est conventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Île-de-France et est associée au Théâtre National de Bretagne CDN – Centre européen théâtral et chorégraphique.

Site du Théâtre National de Bretagne

http://www.bureau-formart.org/agenda/mephisto

Jean-Pierre Baro

 

EXTRAIT :

LUCAS.

Quand j’étais étudiant

Nous avions un professeur en science politique

Il venait

Donnait ses cours

Et parfois

Quand nous travaillions sur l’histoire des révolutions au XXe siècle

Il se taisait

Et nous restions comme ça

Immobiles

A ne rien dire

Dans la salle de classe

Alors au bout d’un très long moment

Il lâchait

Un peu embarrassé

« Nous avons été attendus

Des gens ont espéré dans l’humanité à venir

Et toutes celles et ceux qui ont été vaincus nous regardent maintenant

Pour éviter qu’à nouveau tout sombre »

Pendant longtemps j’ai porté ce regard sur moi comme une culpabilité

Ils étaient là les morts

Me regardaient

Celles et ceux qui avaient combattus

Et qui avaient été détruits par le Léviathan

Ils me regardaient et je ressentais toujours comme des reproches

Comme le regard d’un juge sur moi

Et je me disais

Je ne suis pas à la hauteur

Et j’avais honte

Et puis nous avons appris à vivre ensemble

Les morts et moi

Ils étaient là

Ne m’accusaient plus

Me poussaient légèrement en avant avec leur tendresse de mort

Me murmuraient parfois à l’oreille de ne pas renoncer

Et j’essayais encore et toujours de ne pas décevoir leur attente

De faire qu’une autre Histoire soit possible

Et il y a depuis dans ma mémoire toujours ce professeur assis dans un coin sur sa chaise

Sans âge

Qui ne dit rien

Embarrassé

Et qui relève parfois la tête

Et murmure

« Si l’ennemi triomphe, même les morts ne seront pas en sureté »

 

Quelques notes sur Mephisto Rhapsodie, l’art et la politique, Klaus Mann et la fragile résistance

 

« Le succès, cette sublime, irréfutable justification de toutes les infamies. »

Klaus Mann

Méphisto

 

Montée des extrémismes, banalisation des discours racistes, crise économique, replis identitaires, autoritarisme, appels répétés à la grandeur et à la pureté nationale, mépris du débat d’idées et haine de la démocratie, ressentiment, hargne et colère, attrait obscur pour la catastrophe…, l’Europe actuelle se retrouve fortement hantée par le spectre de son histoire fasciste. La comparaison régulièrement faite entre le contexte actuel et l’Allemagne des années 30, a de quoi nous interpeller.

Si la séquence historique que nous traversons ne peut être calquée sur celle de la République de Weimar – l’Histoire bégaie mais ne se répète jamais à l’identique -, si la période qui s’ouvre ne s’inscrit pas dans les mêmes enjeux politiques, cette époque du début des années 30, minée par le dégout d’elle-même, hantée par la destruction, le désir de vengeance et la grande catastrophe, impuissante à empêcher l’horreur d’advenir, pourrait peut-être nous permettre de questionner la nôtre. Quels rapports entretenons-nous aujourd’hui avec la catastrophe, avec le fascisme, avec l’indifférence ou avec, comme l’évoque l’historien Patrick Boucheron, notre propre fascination pour la tyrannie ?

En retraçant l’itinéraire d’un artiste avide de gloire dans une société allemande gangrénée puis dévorée par le nazisme, en s’inspirant de la figure du grand acteur allemand Gustaf Grüdgens qu’il a très bien connu, Klaus Mann dans son roman Méphisto interroge et critique les liens qu’entretiennent l’art et le pouvoir, le théâtre et l’État, la politique et les artistes, et plus largement, nos propres existences avec le compromis.

S’inspirer des artistes s’étant compromis avec les dictatures, de la figure ambigüe de Gustaf Gründgens,  des combats que Klaus Mann a mené toute sa vie jusqu’à l’épuisement et le suicide, de ses articles où il raconte ses entrevues avec les artistes comme Richard Strauss ayant continué à travailler sous le Troisième Reich, ou de sa correspondance avec Gottfried Benn, nous conduit immanquablement à nous interroger sur l’époque contemporaine.Qu’en est-il de nos propres points aveugles et de cette figure de l’artiste prise souvent dans une schizophrénie entre amour revendiquée de la justice et de l’humanité et course à la gloire effrénée dans l’ultra concurrence capitaliste? Jusqu’où sommes-nous capables d’aller pour éviter que la politique ne vienne contrecarrer nos plans, pour atteindre ce que nous nous étions promis d’atteindre ? Une place, une position, une respectabilité, un rêve ?  Qu’est-ce que nous acceptons de ne pas voir, de ne pas dénoncer pour pouvoir mener nos affaires au mieux ? Pouvons-nous prétendre réellement combattre et subvertir un système de l’intérieur ? Quand ce système est de plus en plus rigide, répressif, autoritaire ?  L’Art et la Culture sont-ils véritablement des remparts contre la Barbarie ? Mais laquelle ?

Mephisto Rhapsodie tente de déjouer les évidences, de critiquer la paresse de pensée qui nous fait parfois croire que nous ne participons pas de ce qui détruit un monde. Car il s’agit sans doute de travailler la mauvaise conscience d’un temps, d’interpeller ce pays où nous sommes, d’y évoquer le sentiment de relégation ressentis par beaucoup pour appréhender le terreau sur lequel naissent les catastrophes. Mephisto Rhapsodie parle aussi du doute de ce que peut le théâtre à l’heure des périls, de ce que signifie le théâtre dans un monde de la production effrénée et de l’urgence permanente, questionne la puissance ou non de ce que nous faisons, la nécessité et la vanité de ce que nous faisons, l’engagement et le sentiment d’impuissance face au bulldozer de l’Histoire qui arrive, et tente de venir interpeller les forces mêmes qui nous fondent, nos fragiles mais nécessaires résistances à ce qui nous détruit.

Samuel Gallet

Mai 2018

 

 

 

Issues – Samuel Gallet / Simon Le Moullec

Issues_Visuel_GrandT01

 

Pour la création de sa compagnie : Les Eclaireurs, Simon Le Moullec souhaitait, trouver des textes qui traitaient des thématiques du pouvoir et des résistances. Il cherchait là où l’acte politique, qui est omniprésent dans sa vision des choses, allait rencontrer le jeu et la fable, dans une prise « réelle » avec notre société contemporaine.

Simon Le Moullec a découvert le texte de Samuel Gallet ISSUES en 2016, alors inédit sur une scène de théâtre.

Dans un centre pénitencier pour hommes, Boris, auteur contemporain, anime un atelier d’écriture. Trois détenus sont volontaires pour y participer 672 , 58 et 99. Au gré des exercices de Cut-Up proposés par Boris, le groupe se forme. Un projet naît: réécrire et jouer Lysistrata, la pièce subversive de l’auteur comique Aristophane. Lors de la guerre du Péloponèse, un groupe de femmes (jouées ici par des hommes) décide la grève du sexe pour convaincre les hommes de faire la paix et de renouveler ainsi un équilibre au sein de la Cité. C’est alors qu’en pleine répétition, l’Intrus, détenu lui aussi, exhorte la bande à renverser littéralement la trame de la pièce antique… Une autre vision est proposée et acceptée par l’équipe. S’entame alors, entre quatre murs, une improvisation décalée et fantasque à la manière d’un road-movie déglingué où il sera question de méchouis, de sexe, d’utopie… et de liberté.

ISSUES nous parle à travers et depuis le milieu carcéral, de la poésie, de la démocratie et de ses espaces en marge d’une société qui peine à renouveler le sens du Politique. L’écriture est brusque, urgente et très inventive.

L e s  é c l a i r e u r s C O M P A G N I E

Les éclaireurs est une structure artistique associative créée en 2016 à Nantes. Sa vocation est de donner voix, corps et lumière au monde d’aujourd’hui à travers des oeuvres singulières et originales qui entretiennent par leurs contenus et leurs esthétiques, une résonance avec l’Histoire. Elle interroge autant qu’elle exprime, une vision du monde où l’Homme explore, rêve, raconte, enfreint pour créer continûment de l’inattendu.

La direction artistique des éclaireurs est assurée par Simon Le Moullec ; comédien et metteur en scène formé au T.N.B entre 2006 et 2009 sous la direction de Stanislas Nordey. Il rencontre là-bas des artistes singuliers avec qui il travaille comme acteur mais également, au gré des rencontres, comme assistant à la mise en scène sur des projets d’enseignements et de créations. Plus tard, il répond à des commandes de mise en scène, s’exerçant autant à la direction d’équipes artistiques que techniques. Les éclaireurs est la concrétisation personnelle de son chemin d’artiste en proie aux questions qui l’animent. Aujourd’hui, il pose les fondations d’un premier cycle de travail qui interroge les notions de pouvoirs et de résistances en prenant appui sur les textes d’auteurs tels que José Saramago (La Lucidité, 2006 / L’aveuglement, 1995), de Gianna Cărbunariu (Avant hier, Après demain, 2008) ou bien Samuel Gallet (ISSUES, 2016). A travers ces oeuvres, il est question des désirs, des utopies et des visions que formulent des groupes de gens en marge de sociétés essoufflées. Ces zones d’exclusions où s’établissent par le rêve et la nécessité, un renouvellement du Politique

ISSUES, de Samuel Gallet

Texte publié aux Editions Espace 34

Projet porté par Les Eclaireurs Compagnie – Simon Le Moullec

Mise en scène : Simon Le Moullec

Avec : Alexis Fichet / Gilles Gelgon / Giuseppe Molino / Denis

Monjanel / Nicolas Richard

Scénographie : Nicolas Comte et Yohann Olivier

Création video : Nicolas Comte

Création lumière : Yohann Olivier

Création son : Guillaume Bariou

Création costume : Catherine Boisgontier

Creation maquillage : Simon Livet

Régie générale : Yohann Olivier

Construction : Les Atelier du Grand T / François Corbal

Administration : Le bureau des Arts

Production : Les Eclaireurs Compagnie Co-production : Le Grand T, théâtre de Loire atlantique / La Fonderie, Le Mans

Avec le soutien de l’état – préfète de la région pays de la Loire – direction des affaires culturelles – la région pays de la Loire –  le conseil départemental de Loire Atlantique, et l’aide à la création de la ville de Nantes – Coopération Nantes – Rennes – Brest pour un itinéraire d’artiste(s).

Résidences: Le Grand T / Le théâtre de l’Ephémère / La fonderie / Au bout du Plongeoir / Les Fabriques laboratoire(s) artistique(s) / La Chapelle Derezo /

 

DATES 

Le mardi 16 octobre 2018 au Théâtre du Rond Point ( Paris ) 

Du 17 au 22 décembre 2018 à La Fonderie, Le Mans

Du 8 au 12 Janvier 2019 au TU NANTES

Le 5 Mars ( et le 6 EN OPTION ) 2019 au THV, St Barthélémy d’Anjou

 

Article Ouest France

Issues_170215

 

 

 

La bataille d’Eskandar prix Collidram 2018

29694426_2073671422879173_6051595150398849024_n

Le prix Collidram est un prix national qui s’adresse aux élèves de collèges, de la 6ème à la 3ème.
Il est relayé par les Délégations Académiques à l’éducation Artistique et à l’Action Culturelle (DAAC) des rectorats. Les quatre pièces proposées aux élèves sont choisies dans une sélection effectuée par les éditeurs de théâtre ; elles ont été publiées dans l’année (pas nécessairement dans une collection jeunesse). 

http://www.postures.fr/?cat=8

 

 

La bataille d’Eskandar

La ville ouverte aux éditions Espaces 34

 

La ville ouverte_Couv_100517.qxp_HD

La ville ouverte nous parle de trois femmes qui ne se connaissent pas mais qui ont toutes le sentiment de vivre avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Confrontées à l’impuissance et à la déréliction d’une société comme à leurs propres impasses personnelles (professionnelles ou amoureuses), elles se réfugient dans le sommeil, se rencontrent mystérieusement dans un rêve commun et organisent ensemble l’assassinat du fameux tyran de Syracuse.

En revisitant le mythe de l’épée de Damoclès et en le confrontant à l’époque actuelle, la ville ouverte interroge la place que notre société actuelle accorde au rêve. Comment poursuivre sa vie alors que tout est présenté sous l’angle de la disparition et de la déréliction ? Comment échapper au catastrophisme ? Comment percevoir des issues à l’opacité du présent et se déprendre d’un abattement tant personnel que collectif et re-convoquer des puissances ?

La ville ouverte s’avère un cri d’espoir rendant tangible ce mot d’André Breton « en chacun de nous, l’humanité se rêve ».

 

Présentation du livre sur le site de l’éditeur